tkinter — Interface Python pour Tcl/Tk

Code source : Lib/tkinter/__init__.py


The tkinter package ("Tk interface") is the standard Python interface to the Tcl/Tk GUI toolkit. Both Tk and tkinter are available on most Unix platforms, including macOS, as well as on Windows systems.

Exécuter python -m tkinter depuis la ligne de commande ouvre une fenêtre de démonstration d'une interface Tk simple, vous indiquant que tkinter est correctement installé sur votre système et indiquant également quelle version de Tcl/Tk est installée ; vous pouvez donc lire la documentation Tcl/Tk spécifique à cette version.

Tkinter supports a range of Tcl/Tk versions, built either with or without thread support. The official Python binary release bundles Tcl/Tk 8.6 threaded. See the source code for the _tkinter module for more information about supported versions.

Tkinter is not a thin wrapper, but adds a fair amount of its own logic to make the experience more pythonic. This documentation will concentrate on these additions and changes, and refer to the official Tcl/Tk documentation for details that are unchanged.

Note

Tcl/Tk 8.5 (2007) introduced a modern set of themed user interface components along with a new API to use them. Both old and new APIs are still available. Most documentation you will find online still uses the old API and can be woefully outdated.

Voir aussi

  • TkDocs

    Extensive tutorial on creating user interfaces with Tkinter. Explains key concepts, and illustrates recommended approaches using the modern API.

  • Tkinter 8.5 reference: a GUI for Python

    Reference documentation for Tkinter 8.5 detailing available classes, methods, and options.

Tcl/Tk Resources:

  • Commandes Tk

    Comprehensive reference to each of the underlying Tcl/Tk commands used by Tkinter.

  • Tcl/Tk Home Page

    Additional documentation, and links to Tcl/Tk core development.

Books:

Architecture

Tcl/Tk is not a single library but rather consists of a few distinct modules, each with separate functionality and its own official documentation. Python's binary releases also ship an add-on module together with it.

Tcl

Tcl is a dynamic interpreted programming language, just like Python. Though it can be used on its own as a general-purpose programming language, it is most commonly embedded into C applications as a scripting engine or an interface to the Tk toolkit. The Tcl library has a C interface to create and manage one or more instances of a Tcl interpreter, run Tcl commands and scripts in those instances, and add custom commands implemented in either Tcl or C. Each interpreter has an event queue, and there are facilities to send events to it and process them. Unlike Python, Tcl's execution model is designed around cooperative multitasking, and Tkinter bridges this difference (see Threading model for details).

Tk

Tk is a Tcl package implemented in C that adds custom commands to create and manipulate GUI widgets. Each Tk object embeds its own Tcl interpreter instance with Tk loaded into it. Tk's widgets are very customizable, though at the cost of a dated appearance. Tk uses Tcl's event queue to generate and process GUI events.

Ttk

Themed Tk (Ttk) is a newer family of Tk widgets that provide a much better appearance on different platforms than many of the classic Tk widgets. Ttk is distributed as part of Tk, starting with Tk version 8.5. Python bindings are provided in a separate module, tkinter.ttk.

Internally, Tk and Ttk use facilities of the underlying operating system, i.e., Xlib on Unix/X11, Cocoa on macOS, GDI on Windows.

When your Python application uses a class in Tkinter, e.g., to create a widget, the tkinter module first assembles a Tcl/Tk command string. It passes that Tcl command string to an internal _tkinter binary module, which then calls the Tcl interpreter to evaluate it. The Tcl interpreter will then call into the Tk and/or Ttk packages, which will in turn make calls to Xlib, Cocoa, or GDI.

Modules Tkinter

Support for Tkinter is spread across several modules. Most applications will need the main tkinter module, as well as the tkinter.ttk module, which provides the modern themed widget set and API:

from tkinter import *
from tkinter import ttk
class tkinter.Tk(screenName=None, baseName=None, className='Tk', useTk=1)

La classe Tk est instanciée sans argument. Cela crée un widget de haut niveau de Tk qui est généralement la fenêtre principale d'une application. Chaque instance a son propre interpréteur Tcl associé.

tkinter.Tcl(screenName=None, baseName=None, className='Tk', useTk=0)

La fonction Tcl() est une fonction fabrique qui crée un objet similaire à celui créé par la classe Tk, sauf qu'elle n'initialise pas le sous-système Tk. Ceci est le plus souvent utile lorsque vous pilotez l'interpréteur Tcl dans un environnement où vous ne voulez pas créer des fenêtres de haut niveau supplémentaires, ou alors si c'est impossible (comme les systèmes Unix/Linux sans un serveur X). Un objet créé par Tcl() peut avoir une fenêtre de haut niveau créée (et le sous-système Tk initialisé) en appelant sa méthode loadtk().

The modules that provide Tk support include:

tkinter

Main Tkinter module.

tkinter.colorchooser

Boîte de dialogue permettant à l'utilisateur de choisir une couleur.

tkinter.commondialog

Classe de base pour les boîtes de dialogue définies dans les autres modules listés ici.

tkinter.filedialog

Boîtes de dialogue standard permettant à l'utilisateur de spécifier un fichier à ouvrir ou à enregistrer.

tkinter.font

Utilitaires pour gérer les polices de caractères.

tkinter.messagebox

Accès aux boîtes de dialogue Tk standard.

tkinter.scrolledtext

Outil d'affichage de texte avec une barre de défilement verticale intégrée.

tkinter.simpledialog

Boîtes de dialogue simples et fonctions utilitaires.

tkinter.ttk

Themed widget set introduced in Tk 8.5, providing modern alternatives for many of the classic widgets in the main tkinter module.

Additional modules:

_tkinter

A binary module that contains the low-level interface to Tcl/Tk. It is automatically imported by the main tkinter module, and should never be used directly by application programmers. It is usually a shared library (or DLL), but might in some cases be statically linked with the Python interpreter.

idlelib

Python's Integrated Development and Learning Environment (IDLE). Based on tkinter.

tkinter.constants

Symbolic constants that can be used in place of strings when passing various parameters to Tkinter calls. Automatically imported by the main tkinter module.

tkinter.dnd

(experimental) Drag-and-drop support for tkinter. This will become deprecated when it is replaced with the Tk DND.

tkinter.tix

(deprecated) An older third-party Tcl/Tk package that adds several new widgets. Better alternatives for most can be found in tkinter.ttk.

turtle

Tortue graphique dans une fenêtre Tk.

Guide de survie Tkinter

This section is not designed to be an exhaustive tutorial on either Tk or Tkinter. For that, refer to one of the external resources noted earlier. Instead, this section provides a very quick orientation to what a Tkinter application looks like, identifies foundational Tk concepts, and explains how the Tkinter wrapper is structured.

The remainder of this section will help you to identify the classes, methods, and options you'll need in your Tkinter application, and where to find more detailed documentation on them, including in the official Tcl/Tk reference manual.

A Hello World Program

We'll start by walking through a "Hello World" application in Tkinter. This isn't the smallest one we could write, but has enough to illustrate some key concepts you'll need to know.

from tkinter import *
from tkinter import ttk
root = Tk()
frm = ttk.Frame(root, padding=10)
frm.grid()
ttk.Label(frm, text="Hello World!").grid(column=0, row=0)
ttk.Button(frm, text="Quit", command=root.destroy).grid(column=1, row=0)
root.mainloop()

After the imports, the next line creates an instance of the Tk class, which initializes Tk and creates its associated Tcl interpreter. It also creates a toplevel window, known as the root window, which serves as the main window of the application.

The following line creates a frame widget, which in this case will contain a label and a button we'll create next. The frame is fit inside the root window.

The next line creates a label widget holding a static text string. The grid() method is used to specify the relative layout (position) of the label within its containing frame widget, similar to how tables in HTML work.

A button widget is then created, and placed to the right of the label. When pressed, it will call the destroy() method of the root window.

Finally, the mainloop() method puts everything on the display, and responds to user input until the program terminates.

Important Tk Concepts

Even this simple program illustrates the following key Tk concepts:

widgets

A Tkinter user interface is made up of individual widgets. Each widget is represented as a Python object, instantiated from classes like ttk.Frame, ttk.Label, and ttk.Button.

widget hierarchy

Widgets are arranged in a hierarchy. The label and button were contained within a frame, which in turn was contained within the root window. When creating each child widget, its parent widget is passed as the first argument to the widget constructor.

configuration options

Widgets have configuration options, which modify their appearance and behavior, such as the text to display in a label or button. Different classes of widgets will have different sets of options.

geometry management

Widgets aren't automatically added to the user interface when they are created. A geometry manager like grid controls where in the user interface they are placed.

event loop

Tkinter reacts to user input, changes from your program, and even refreshes the display only when actively running an event loop. If your program isn't running the event loop, your user interface won't update.

Understanding How Tkinter Wraps Tcl/Tk

When your application uses Tkinter's classes and methods, internally Tkinter is assembling strings representing Tcl/Tk commands, and executing those commands in the Tcl interpreter attached to your applicaton's Tk instance.

Whether it's trying to navigate reference documentation, trying to find the right method or option, adapting some existing code, or debugging your Tkinter application, there are times that it will be useful to understand what those underlying Tcl/Tk commands look like.

To illustrate, here is the Tcl/Tk equivalent of the main part of the Tkinter script above.

ttk::frame .frm -padding 10
grid .frm
grid [ttk::label .frm.lbl -text "Hello World!"] -column 0 -row 0
grid [ttk::button .frm.btn -text "Quit" -command "destroy ."] -column 1 -row 0

Tcl's syntax is similar to many shell languages, where the first word is the command to be executed, with arguments to that command following it, separated by spaces. Without getting into too many details, notice the following:

  • The commands used to create widgets (like ttk::frame) correspond to widget classes in Tkinter.

  • Tcl widget options (like -text) correspond to keyword arguments in Tkinter.

  • Widgets are referred to by a pathname in Tcl (like .frm.btn), whereas Tkinter doesn't use names but object references.

  • A widget's place in the widget hierarchy is encoded in its (hierarchical) pathname, which uses a . (dot) as a path separator. The pathname for the root window is just . (dot). In Tkinter, the hierarchy is defined not by pathname but by specifying the parent widget when creating each child widget.

  • Operations which are implemented as separate commands in Tcl (like grid or destroy) are represented as methods on Tkinter widget objects. As you'll see shortly, at other times Tcl uses what appear to be method calls on widget objects, which more closely mirror what would is used in Tkinter.

How do I...? What option does...?

If you're not sure how to do something in Tkinter, and you can't immediately find it in the tutorial or reference documentation you're using, there are a few strategies that can be helpful.

First, remember that the details of how individual widgets work may vary across different versions of both Tkinter and Tcl/Tk. If you're searching documentation, make sure it corresponds to the Python and Tcl/Tk versions installed on your system.

When searching for how to use an API, it helps to know the exact name of the class, option, or method that you're using. Introspection, either in an interactive Python shell or with print(), can help you identify what you need.

To find out what configuration options are available on any widget, call its configure() method, which returns a dictionary containing a variety of information about each object, including its default and current values. Use keys() to get just the names of each option.

btn = ttk.Button(frm, ...)
print(btn.configure().keys())

As most widgets have many configuration options in common, it can be useful to find out which are specific to a particular widget class. Comparing the list of options to that of a simpler widget, like a frame, is one way to do that.

print(set(btn.configure().keys()) - set(frm.configure().keys()))

Similarly, you can find the available methods for a widget object using the standard dir() function. If you try it, you'll see there are over 200 common widget methods, so again identifying those specific to a widget class is helpful.

print(dir(btn))
print(set(dir(btn)) - set(dir(frm)))

Threading model

Python and Tcl/Tk have very different threading models, which tkinter tries to bridge. If you use threads, you may need to be aware of this.

A Python interpreter may have many threads associated with it. In Tcl, multiple threads can be created, but each thread has a separate Tcl interpreter instance associated with it. Threads can also create more than one interpreter instance, though each interpreter instance can be used only by the one thread that created it.

Each Tk object created by tkinter contains a Tcl interpreter. It also keeps track of which thread created that interpreter. Calls to tkinter can be made from any Python thread. Internally, if a call comes from a thread other than the one that created the Tk object, an event is posted to the interpreter's event queue, and when executed, the result is returned to the calling Python thread.

Tcl/Tk applications are normally event-driven, meaning that after initialization, the interpreter runs an event loop (i.e. Tk.mainloop()) and responds to events. Because it is single-threaded, event handlers must respond quickly, otherwise they will block other events from being processed. To avoid this, any long-running computations should not run in an event handler, but are either broken into smaller pieces using timers, or run in another thread. This is different from many GUI toolkits where the GUI runs in a completely separate thread from all application code including event handlers.

If the Tcl interpreter is not running the event loop and processing events, any tkinter calls made from threads other than the one running the Tcl interpreter will fail.

A number of special cases exist:

  • Tcl/Tk libraries can be built so they are not thread-aware. In this case, tkinter calls the library from the originating Python thread, even if this is different than the thread that created the Tcl interpreter. A global lock ensures only one call occurs at a time.

  • While tkinter allows you to create more than one instance of a Tk object (with its own interpreter), all interpreters that are part of the same thread share a common event queue, which gets ugly fast. In practice, don't create more than one instance of Tk at a time. Otherwise, it's best to create them in separate threads and ensure you're running a thread-aware Tcl/Tk build.

  • Blocking event handlers are not the only way to prevent the Tcl interpreter from reentering the event loop. It is even possible to run multiple nested event loops or abandon the event loop entirely. If you're doing anything tricky when it comes to events or threads, be aware of these possibilities.

  • There are a few select tkinter functions that presently work only when called from the thread that created the Tcl interpreter.

Guide pratique

Définition des options

Les options contrôlent des paramètres tels que la couleur et la largeur de la bordure d'un objet graphique. Les options peuvent être réglées de trois façons :

Lors de la création de l'objet, à l'aide d'arguments par mots-clés
fred = Button(self, fg="red", bg="blue")
Après la création de l'objet, en manipulant le nom de l'option comme une entrée de dictionnaire
fred["fg"] = "red"
fred["bg"] = "blue"
Utilisez la méthode config() pour mettre à jour plusieurs attributs après la création de l'objet
fred.config(fg="red", bg="blue")

Pour l'explication complète d'une option donnée et de son comportement, voir les pages de manuel Tk de l'objet graphique en question.

Notez que les pages de manuel listent « OPTIONS STANDARD » et « OPTIONS SPÉCIFIQUES D'OBJETS GRAPHIQUES » pour chaque objet graphique. La première est une liste d'options communes à de nombreux objets graphiques, la seconde est une liste d'options propres à cet objet graphique particulier. Les options standard sont documentées sur la page de manuel options(3).

Aucune distinction n'est faite dans ce document entre les options standard et les options spécifiques à un objet graphique. Certaines options ne s'appliquent pas à certains types d'objets graphiques. La réaction d'un objet graphique donné à une option particulière dépend de la classe de l'objet graphique ; les boutons possèdent une option command, pas les étiquettes.

Les options gérées par un objet graphique donné sont listées dans la page de manuel de cet objet graphique, ou peuvent être interrogées à l'exécution en appelant la méthode config() sans argument, ou en appelant la méthode keys() sur cet objet graphique. La valeur de retour de ces appels est un dictionnaire dont la clé est le nom de l'option sous forme de chaîne (par exemple, 'relief') et dont les valeurs sont des 5-uplets.

Certaines options, comme bg, sont des synonymes d'options communes qui ont des noms longs (bg est une abréviation pour background « arrière-plan »). Passer le nom abrégé d'une option à la méthode config() renvoie un couple, pas un quintuplet. Le couple renvoyé contient le nom abrégé et le nom réel de l'option, par exemple ('bg','background').

Index

Signification

Exemple

0

nom des options

'relief'

1

nom de l'option pour la recherche dans la base de données

'relief'

2

classe de l'option pour la recherche dans la base de données

'Relief'

3

valeur par défaut

'raised'

4

valeur actuelle

'groove'

Exemple :

>>> print(fred.config())
{'relief': ('relief', 'relief', 'Relief', 'raised', 'groove')}

Bien sûr, le dictionnaire affiché contient toutes les options disponibles et leurs valeurs. Ceci n'est donné qu'à titre d'exemple.

L'empaqueteur

The packer is one of Tk's geometry-management mechanisms. Geometry managers are used to specify the relative positioning of widgets within their container - their mutual master. In contrast to the more cumbersome placer (which is used less commonly, and we do not cover here), the packer takes qualitative relationship specification - above, to the left of, filling, etc - and works everything out to determine the exact placement coordinates for you.

La taille d'un objet graphique constructeur est déterminée par la taille des « objets graphiques hérités » à l'intérieur. L'empaqueteur est utilisé pour contrôler l'endroit où les objets graphiques hérités apparaissent à l'intérieur du constructeur dans lequel ils sont empaquetés. Vous pouvez regrouper des objets graphiques dans des cadres, et des cadres dans d'autres cadres, afin d'obtenir le type de mise en page souhaité. De plus, l'arrangement est ajusté dynamiquement pour s'adapter aux changements incrémentiels de la configuration, une fois qu'elle est empaquetées.

Notez que les objets graphiques n'apparaissent pas tant que leur disposition n'a pas été spécifiée avec un gestionnaire de géométrie. C'est une erreur de débutant courante de ne pas tenir compte de la spécification de la géométrie, puis d'être surpris lorsque l'objet graphique est créé mais que rien n'apparaît. Un objet graphique n'apparaît qu'après que, par exemple, la méthode pack() de l'empaqueteur lui ait été appliquée.

La méthode pack() peut être appelée avec des paires mot-clé-option/valeur qui contrôlent où l'objet graphique doit apparaître dans son conteneur et comment il doit se comporter lorsque la fenêtre principale de l'application est redimensionnée. En voici quelques exemples :

fred.pack()                     # defaults to side = "top"
fred.pack(side="left")
fred.pack(expand=1)

Options de l'empaqueteur

Pour de plus amples informations sur l'empaqueteur et les options qu'il peut prendre, voir les pages de manuel et la page 183 du livre de John Ousterhout.

anchor

Type d'ancrage. Indique l'endroit où l'empaqueteur doit placer chaque enfant dans son espace.

expand

Booléen, 0 ou 1.

fill

Valeurs acceptées : 'x', 'y', 'both', 'none'.

ipadx et ipady

Une distance — désignant l'écart interne de chaque côté de l'objet graphique hérité.

padx et pady

Une distance — désignant l'écart externe de chaque côté de l'objet graphique hérité.

side

Valeurs acceptées : 'left', 'right', 'top', 'bottom'.

Association des variables de l'objet graphique

L'assignation d'une valeur à certains objets graphiques (comme les objets graphique de saisie de texte) peut être liée directement aux variables de votre application à l'aide d'options spéciales. Ces options sont variable, textvariable, onvalue, offvalue et value. Ce lien fonctionne dans les deux sens : si la variable change pour une raison ou pour une autre, l'objet graphique auquel elle est connectée est mis à jour pour refléter la nouvelle valeur.

Malheureusement, dans l'implémentation actuelle de tkinter il n'est pas possible de passer une variable Python arbitraire à un objet graphique via une option variable ou textvariable. Les seuls types de variables pour lesquels cela fonctionne sont les variables qui sont sous-classées à partir d'une classe appelée Variable, définie dans tkinter.

Il existe de nombreuses sous-classes utiles de Variable déjà définies : StringVar, IntVar, DoubleVar et BooleanVar. Pour lire la valeur courante d'une telle variable, appelez la méthode get() dessus et, pour changer sa valeur, appelez la méthode set(). Si vous suivez ce protocole, l'objet graphique suivra toujours la valeur de la variable, sans autre intervention de votre part.

Par exemple :

import tkinter as tk

class App(tk.Frame):
    def __init__(self, master):
        super().__init__(master)
        self.pack()

        self.entrythingy = tk.Entry()
        self.entrythingy.pack()

        # Create the application variable.
        self.contents = tk.StringVar()
        # Set it to some value.
        self.contents.set("this is a variable")
        # Tell the entry widget to watch this variable.
        self.entrythingy["textvariable"] = self.contents

        # Define a callback for when the user hits return.
        # It prints the current value of the variable.
        self.entrythingy.bind('<Key-Return>',
                             self.print_contents)

    def print_contents(self, event):
        print("Hi. The current entry content is:",
              self.contents.get())

root = tk.Tk()
myapp = App(root)
myapp.mainloop()

Le gestionnaire de fenêtres

Dans Tk, il y a une commande pratique, wm, pour interagir avec le gestionnaire de fenêtres. Les options de la commande wm vous permettent de contrôler les titres, le placement, les icônes en mode bitmap et encore d'autres choses du même genre. Dans tkinter, ces commandes ont été implémentées en tant que méthodes sur la classe Wm. Les objets graphiques de haut niveau sont sous-classés à partir de la classe Wm, ils peuvent donc appeler directement les méthodes de Wm.

Pour accéder à la fenêtre du plus haut niveau qui contient un objet graphique donné, vous pouvez souvent simplement vous référer au parent de cet objet graphique. Bien sûr, si l'objet graphique a été empaqueté à l'intérieur d'un cadre, le parent ne représentera pas la fenêtre de plus haut niveau. Pour accéder à la fenêtre du plus haut niveau qui contient un objet graphique arbitraire, vous pouvez appeler la méthode _root(). Cette méthode commence par un soulignement pour indiquer que cette fonction fait partie de l'implémentation, et non d'une interface avec la fonctionnalité Tk.

Voici quelques exemples d'utilisation courante :

import tkinter as tk

class App(tk.Frame):
    def __init__(self, master=None):
        super().__init__(master)
        self.pack()

# create the application
myapp = App()

#
# here are method calls to the window manager class
#
myapp.master.title("My Do-Nothing Application")
myapp.master.maxsize(1000, 400)

# start the program
myapp.mainloop()

Types de données des options Tk

anchor

Les valeurs acceptées sont des points cardinaux : "n", "ne", "e", "se", "s", "sw", "w", "nw" et "center".

bitmap

Il y a huit bitmaps intégrés nommés : "error", "gray25", "gray50", "hourglass", "info", "questhead", "question", "warning". Pour spécifier un nom de fichier bitmap X, indiquez le chemin complet du fichier, précédé de @, comme dans "@/usr/contrib/bitmap/gumby.bit".

boolean

Vous pouvez lui donner les entiers 0 ou 1 ou les chaînes de caractères "yes" ou "no".

callback

N'importe quelle fonction Python qui ne prend pas d'argument. Par exemple :

def print_it():
    print("hi there")
fred["command"] = print_it
color

Les couleurs peuvent être données sous forme de noms de couleurs Xorg dans le fichier rgb.txt, ou sous forme de chaînes représentant les valeurs RVB en 4 bits : "#RGB", 8 bits : "#RRVVBB", 12 bits : "#RRRVVVBBB", ou 16 bits "#RRRRVVVVBBBB", où R,V,B représente ici tout chiffre hexadécimal valide. Voir page 160 du livre d'Ousterhout pour plus de détails.

cursor

Les noms de curseurs Xorg standard que l'on trouve dans cursorfont.h peuvent être utilisés, sans le préfixe XC_. Par exemple pour obtenir un curseur en forme de main (XC_hand2), utilisez la chaîne "hand2". Vous pouvez également spécifier votre propre bitmap et fichier masque. Voir page 179 du livre d'Ousterhout.

distance

Les distances à l'écran peuvent être spécifiées en pixels ou en distances absolues. Les pixels sont donnés sous forme de nombres et les distances absolues sous forme de chaînes de caractères, le dernier caractère indiquant les unités : c pour les centimètres, i pour les pouces (inches en anglais), m pour les millimètres, p pour les points d'impression. Par exemple, 3,5 pouces est noté "3.5i".

font

Tk utilise un format de nom de police sous forme de liste, tel que {courier 10 bold}. Les tailles de polices avec des nombres positifs sont mesurées en points ; les tailles avec des nombres négatifs sont mesurées en pixels.

geometry

Il s'agit d'une chaîne de caractères de la forme largeurxhauteur, où la largeur et la hauteur sont mesurées en pixels pour la plupart des objets graphiques (en caractères pour les objets graphiques affichant du texte). Par exemple : fred["geometry"] = "200x100".

justify

Les valeurs acceptées sont les chaînes de caractères : "left", "center", "right" et "fill".

region

c'est une chaîne de caractères avec quatre éléments séparés par des espaces, chacun d'eux étant une distance valide (voir ci-dessus). Par exemple : "2 3 4 5", " 3i 2i 4.5i 2i" et "3c 2c 4c 10.43c" sont toutes des régions valides.

relief

Détermine le style de bordure d'un objet graphique. Les valeurs valides sont : "raised", "sunken", "flat", "groove", et "ridge".

scrollcommand

C'est presque toujours la méthode set() d'un objet graphique de défilement, mais peut être n'importe quelle méthode d'objet graphique qui prend un seul argument.

wrap

Doit être l'un d'eux : "none", "char", ou "word".

Liaisons et événements

La méthode bind de la commande d'objet graphique vous permet de surveiller certains événements et d'avoir un déclencheur de fonction de rappel lorsque ce type d'événement se produit. La forme de la méthode de liaison est la suivante :

def bind(self, sequence, func, add=''):

où :

sequence

est une chaîne de caractères qui indique le type d'événement cible. (Voir la page du manuel de bind et la page 201 du livre de John Ousterhout pour plus de détails).

func

est une fonction Python, prenant un argument, à invoquer lorsque l'événement se produit. Une instance d’évènement sera passée en argument. (Les fonctions déployées de cette façon sont communément appelées callbacks ou « fonctions de rappel » en français).

add

est facultative, soit '' ou '+'. L'envoi d'une chaîne de caractères vide indique que cette liaison doit remplacer toute autre liaison à laquelle cet événement est associé. L'envoi de "+" signifie que cette fonction doit être ajoutée à la liste des fonctions liées à ce type d'événement.

Par exemple :

def turn_red(self, event):
    event.widget["activeforeground"] = "red"

self.button.bind("<Enter>", self.turn_red)

Remarquez comment on accède au champ objet graphique de l'événement dans la fonction de rappel turn_red(). Ce champ contient l'objet graphique qui a capturé l'événement Xorg. Le tableau suivant répertorie les autres champs d'événements auxquels vous pouvez accéder, et comment ils sont nommés dans Tk, ce qui peut être utile lorsque vous vous référez aux pages de manuel Tk.

Tk

Champ évènement de Tkinter

Tk

Champ évènement de Tkinter

%f

focus

%A

char

%h

hauteur

%E

send_event

%k

keycode

%K

keysym

%s

state

%N

keysym_num

%t

time

%T

type

%w

width

%W

widget

%x

x

%X

x_root

%y

y

%Y

y_root

Le paramètre index

Un certain nombre d'objets graphiques nécessitent le passage de paramètres « indicés ». Ils sont utilisés pour pointer vers un endroit spécifique dans un objet graphique de type Texte, ou vers des caractères particuliers dans un objet graphique de type Entrée, ou vers des éléments de menu particuliers dans un objet graphique de type Menu.

Index des objets graphique de type Entrée (index, view index, etc.)

Les objets graphiques de type Entrée ont des options qui se réfèrent à la position des caractères dans le texte affiché. Vous pouvez utiliser ces fonctions tkinter pour accéder à ces points spéciaux dans les objets graphiques texte :

Index des objets graphiques texte

La notation de l'index des objets graphiques de type Texte est très riche et mieux décrite dans les pages du manuel Tk.

Index menu (menu.invoke(), menu.entryconfig(), etc.)

Certaines options et méthodes pour manipuler les menus nécessitent des éléments de spécifiques. Chaque fois qu'un index de menu est nécessaire pour une option ou un paramètre, vous pouvez utiliser :

  • un entier qui fait référence à la position numérique de l'entrée dans l'objet graphique, comptée à partir du haut, en commençant par 0 ;

  • la chaîne de caractères "active", qui fait référence à la position du menu qui se trouve actuellement sous le curseur ;

  • la chaîne de caractères "last" qui fait référence au dernier élément du menu ;

  • un entier précédé de @, comme dans @6, où l'entier est interprété comme une coordonnée y de pixels dans le système de coordonnées du menu ;

  • la chaîne de caractères "none", qui n'indique aucune entrée du menu, le plus souvent utilisée avec menu.activate() pour désactiver toutes les entrées, et enfin,

  • une chaîne de texte dont le motif correspond à l'étiquette de l'entrée de menu, telle qu'elle est balayée du haut vers le bas du menu. Notez que ce type d'index est considéré après tous les autres, ce qui signifie que les correspondances pour les éléments de menu étiquetés last, active ou none peuvent être interprétés comme les littéraux ci-dessus, plutôt.

Images

Des images de différents formats peuvent être créées à travers la sous-classe correspondante de tkinter.Image :

  • BitmapImage pour les images au format XBM.

  • PhotoImage pour les images aux formats PGM, PPM, GIF et PNG. Ce dernier est géré à partir de Tk 8.6.

L'un ou l'autre type d'image est créé par l'option file ou data (d'autres options sont également disponibles).

L'objet image peut alors être utilisé partout où un objet graphique sait gérer une option image (par ex. étiquettes, boutons, menus). Dans ces cas, Tk ne conserve pas de référence à l'image. Lorsque la dernière référence Python à l'objet image est supprimée, les données de l'image sont également supprimées, et Tk affiche une boite vide à l'endroit où l'image était utilisée.

Voir aussi

Le paquet Pillow ajoute la prise en charge de formats tels que BMP, JPEG, TIFF et WebP, entre autres.

Gestionnaires de fichiers

Tk vous permet d'enregistrer et de désenregistrer une fonction de rappel qui est appelée depuis la boucle principale de Tk lorsque des entrées-sorties sont possibles sur un descripteur de fichier. Un seul gestionnaire peut être enregistré par descripteur de fichier. Exemple de code :

import tkinter
widget = tkinter.Tk()
mask = tkinter.READABLE | tkinter.WRITABLE
widget.tk.createfilehandler(file, mask, callback)
...
widget.tk.deletefilehandler(file)

Cette fonction n'est pas disponible sous Windows.

Dans la mesure où vous ne savez pas combien d'octets sont disponibles en lecture, il ne faut pas utiliser les méthodes BufferedIOBase ou TextIOBase read() ou readline(), car elles requièrent d'indiquer le nombre de bytes à lire. Pour les connecteurs, les méthodes recv() ou recvfrom() fonctionnent bien ; pour les autres fichiers, utilisez des lectures brutes ou os.read(file.fileno(), maxbytecount).

Widget.tk.createfilehandler(file, mask, func)

Enregistre la fonction de rappel du gestionnaire de fichiers func. L'argument file peut être soit un objet avec une méthode fileno() (comme un objet fichier ou connecteur), soit un descripteur de fichier de type entier. L'argument mask est une combinaison OU de l'une des trois constantes ci-dessous. La fonction de rappel s'utilise comme suit :

callback(file, mask)
Widget.tk.deletefilehandler(file)

Désenregistre un gestionnaire de fichiers.

tkinter.READABLE
tkinter.WRITABLE
tkinter.EXCEPTION

Constantes utilisées dans les arguments mask.