7. Les instructions simples

Une instruction simple est contenue dans une seule ligne logique. Plusieurs instructions simples peuvent être écrites sur une seule ligne, séparées par des points-virgules. La syntaxe d’une instruction simple est :

simple_stmt ::=  expression_stmt
                 | assert_stmt
                 | assignment_stmt
                 | augmented_assignment_stmt
                 | annotated_assignment_stmt
                 | pass_stmt
                 | del_stmt
                 | return_stmt
                 | yield_stmt
                 | raise_stmt
                 | break_stmt
                 | continue_stmt
                 | import_stmt
                 | global_stmt
                 | nonlocal_stmt

7.1. Les expressions

Les expressions sont utilisées (généralement de manière interactive) comme instructions pour calculer et écrire des valeurs, appeler une procédure (une fonction dont le résultat renvoyé n’a pas d’importance ; en Python, les procédures renvoient la valeur None). D’autres utilisations des expressions sont autorisées et parfois utiles. La syntaxe pour une expression en tant qu’instruction est :

expression_stmt ::=  starred_expression

Ce genre d’instruction évalue la liste d’expressions (qui peut se limiter à une seule expression).

En mode interactif, si la valeur n’est pas None, elle est convertie en chaîne en utilisant la fonction native repr() et la chaîne résultante est écrite sur la sortie standard sur sa propre ligne. Si le résultat est None, rien n’est écrit ce qui est usuel pour les appels de procédures.

7.2. Les assignations

Les assignations sont utilisées pour (re-)lier des noms à des valeurs et modifier des attributs ou des éléments d’objets muables :

assignment_stmt ::=  (target_list "=")+ (starred_expression | yield_expression)
target_list     ::=  target ("," target)* [","]
target          ::=  identifier
                     | "(" [target_list] ")"
                     | "[" [target_list] "]"
                     | attributeref
                     | subscription
                     | slicing
                     | "*" target

Voir la section Primaires pour la définition des syntaxes de attributeref, subscription et slicing.

Une assignation évalue la liste d’expressions (gardez en mémoire que ce peut être une simple expression ou une liste dont les éléments sont séparés par des virgules, cette dernière produisant un n-uplet) et assigne l’unique objet résultant à chaque liste cible, de la gauche vers la droite.

Une assignation est définie récursivement en fonction de la forme de la cible (une liste). Quand la cible est une partie d’un objet muable (une référence à un attribut, une sélection ou une tranche), l’objet muable doit effectuer l’assignation au final et décider de sa validité, voire lever une exception si l’assignation n’est pas acceptable. Les règles suivies par les différents types et les exceptions levées sont données dans les définitions des types d’objets (voir la section Hiérarchie des types standards).

L’assignation d’un objet à une liste cible, optionnellement entourée par des parenthèses ou des crochets, est définie récursivement comme suit.

  • si la liste cible est vide : l’objet doit aussi être un itérable vide.
  • si la liste cible est une simple cible entre parenthèses : l’objet est assigné à cette cible.
  • Si la liste cible est une liste de cibles dont les éléments sont séparés par des virgules, ou une cible unique entourée par des crochets : l’objet doit être un itérable avec le même nombre d’éléments qu’il y a de cibles dans la liste cible ; les éléments sont alors assignés, de la gauche vers la droite, aux cibles correspondantes.
    • Si la liste cible contient une cible préfixée par un astérisque, appelée cible étoilée (starred target en anglais) : l’objet doit être un itérable avec au moins autant d’éléments qu’il y a de cibles dans la liste cible, moins un. Les premiers éléments de l’itérable sont assignés, de la gauche vers la droite, aux cibles avant la cible étoilée. Les éléments de queue de l’itérable sont assignés aux cibles après la cible étoilée. Une liste des éléments restants dans l’itérable est alors assignée à la cible étoilée (cette liste peut être vide).
    • Sinon : l’objet doit être un itérable avec le même nombre d’éléments qu’il y a de cibles dans la liste cible ; les éléments sont assignés, de la gauche vers la droite, vers les cibles correspondantes.

L’assignation d’un objet vers une cible unique est définie récursivement comme suit.

  • Si la cible est une variable (un nom) :

    • si le nom n’apparaît pas dans une instruction global ou nonlocal (respectivement) du bloc de code courant : le nom est lié à l’objet dans l’espace courant des noms locaux.
    • Sinon : le nom est lié à l’objet dans l’espace des noms globaux ou dans un espace de noms plus large déterminé par nonlocal, respectivement.

    Le lien du nom est modifié si le nom était déjà lié. Ceci peut faire que le compteur de références de l’objet auquel le nom était précédemment lié tombe à zéro, entrainant la dé-allocation de l’objet et l’appel de son destructeur (s’il existe).

  • Si la cible est une référence à un attribut : l’expression primaire de la référence est évaluée. Elle doit produire un objet avec des attributs que l’on peut assigner : si ce n’est pas le cas, une TypeError est levée. Python demande alors à cet objet d’assigner l’attribut donné ; si ce n’est pas possible, une exception est levée (habituellement, mais pas nécessairement, AttributeError).

    Note : si l’objet est une instance de classe et que la référence à l’attribut apparaît des deux côtés de l’opérateur d’assignation, l’expression « à droite », a.x peut accéder soit à l’attribut d’instance ou (si cet attribut d’instance n’existe pas) à l’attribut de classe. L’expression cible « à gauche » a.x est toujours définie comme un attribut d’instance, en le créant si nécessaire. Ainsi, les deux occurrences de a.x ne font pas nécessairement référence au même attribut : si l’expression « à droite » fait référence à un attribut de classe, l’expression « à gauche » crée un nouvel attribut d’instance comme cible de l’assignation :

    class Cls:
        x = 3             # class variable
    inst = Cls()
    inst.x = inst.x + 1   # writes inst.x as 4 leaving Cls.x as 3
    

    Cette description ne s’applique pas nécessairement aux attributs des descripteurs, telles que les propriétés créées avec property().

  • Si la cible est une sélection : l’expression primaire de la référence est évaluée. Elle doit produire soit un objet séquence mutable (telle qu’une liste) ou un objet tableau de correspondances (tel qu’un dictionnaire). Ensuite, l’expression de la sélection est évaluée.

    Si la primaire est un objet séquence mutable (telle qu’une liste), la sélection doit produire un entier. S’il est négatif, la longueur de la séquence lui est ajoutée. La valeur résultante doit être un entier positif ou nul, plus petit que la longueur de la séquence, et Python demande à la séquence d’assigner l’objet à l’élément se trouvant à cet indice. Si l’indice est hors limites, une IndexError est levée (une assignation à une sélection dans une séquence ne peut pas ajouter de nouveaux éléments à une liste).

    Si la primaire est un objet tableau de correspondances (tel qu’un dictionnaire), la sélection doit être d’un type compatible avec le type des clés ; Python demande alors au tableau de correspondances de créer un couple clé-valeur qui associe la sélection à l’objet assigné. Ceci peut remplacer une correspondance déjà existante pour une clé donnée ou insérer un nouveau couple clé-valeur.

    Pour les objets allogènes, la méthode __setitem__() est appelée avec les arguments appropriés.

  • Si la cible est une tranche : l’expression primaire de la référence est évaluée. Elle doit produire un objet séquence mutable (telle qu’une liste). L’objet assigné doit être un objet séquence du même type. Ensuite, les expressions de la borne inférieure et de la borne supérieure sont évaluées, dans la mesure où elles sont spécifiées (les valeurs par défaut sont zéro et la longueur de la séquence). Les bornes doivent être des entiers. Si une borne est négative, la longueur de la séquence lui est ajoutée. Les bornes résultantes sont coupées pour être dans l’intervalle zéro – longueur de la séquence, inclus. Finalement, Python demande à l’objet séquence de remplacer la tranche avec les éléments de la séquence à assigner. La longueur de la tranche peut être différent de la longueur de la séquence à assigner, ce qui modifie alors la longueur de la séquence cible, si celle-ci le permet.

Particularité de l’implémentation CPython : Dans l’implémentation actuelle, la syntaxe pour les cibles est similaire à celle des expressions. Toute syntaxe invalide est rejetée pendant la phase de génération de code, ce qui produit des messages d’erreurs moins détaillés.

Bien que la définition de l’assignation implique que le passage entre le côté gauche et le côté droit soient « simultanés » (par exemple, a, b = b, a permute les deux variables), le passage à l’intérieur des collections de variables que l’on assigne intervient de la gauche vers la droite, ce qui peut entraîner quelques confusions. Par exemple, le programme suivant affiche [0, 2] :

x = [0, 1]
i = 0
i, x[i] = 1, 2         # i is updated, then x[i] is updated
print(x)

Voir aussi

PEP 3132 – dépaquetage étendu d’itérable
Spécification de la fonctionnalité *cible.

7.2.1. Les assignations augmentées

Une assignation augmentée est la combinaison, dans une seule instruction, d’une opération binaire et d’une assignation :

augmented_assignment_stmt ::=  augtarget augop (expression_list | yield_expression)
augtarget                 ::=  identifier | attributeref | subscription | slicing
augop                     ::=  "+=" | "-=" | "*=" | "@=" | "/=" | "//=" | "%=" | "**="
                               | ">>=" | "<<=" | "&=" | "^=" | "|="

Voir la section Primaires pour la définition des syntaxes des trois derniers symboles.

Une assignation augmentée évalue la cible (qui, au contraire des assignations normales, ne peut pas être un dépaquetage) et la liste d’expressions, effectue l’opération binaire (spécifique au type d’assignation) sur les deux opérandes et assigne le résultat à la cible originale. La cible n’est évaluée qu’une seule fois.

Une assignation augmentée comme x += 1 peut être ré-écrite en x = x + 1 pour obtenir un effet similaire, mais pas exactement équivalent. Dans la version augmentée. x n’est évalué qu’une seule fois. Aussi, lorsque c’est possible, l’opération concrète est effectuée sur place, c’est-à-dire que plutôt que de créer un nouvel objet et l’assigner à la cible, c’est le vieil objet qui est modifié.

Au contraire des assignations normales, les assignations augmentées évaluent la partie gauche avant d’évaluer la partie droite. Par exemple, a[i] += f(x) commence par s’intéresser à a[i], puis Python évalue f(x), effectue l’addition et, enfin, écrit le résultat dans a[i].

À l’exception de l’assignation de tuples et de cibles multiples dans une seule instruction, l’assignation effectuée par une assignation augmentée est traitée de la même manière qu’une assignation normale. De même, à l’exception du comportement possible sur place, l’opération binaire effectuée par assignation augmentée est la même que les opérations binaires normales.

Pour les cibles qui sont des références à des attributs, la même mise en garde sur les attributs de classe et d’instances s’applique que pour les assignations normales.

7.2.2. Les assignations annotées

Une assignation annotée est la combinaison, dans une seule instruction, d’une annotation de variable ou d’attribut et d’une assignation optionnelle :

annotated_assignment_stmt ::=  augtarget ":" expression ["=" expression]

La différence avec une assignation normale (voir Les assignations) est qu’une seule cible et qu’une seule valeur à droite ne sont autorisées.

Pour des noms simples en tant que cibles d’assignation, dans une portée de classe ou de module, les annotations sont évaluées et stockées dans un attribut de classe ou de module spécial, __annotations__, qui est un dictionnaire dont les clés sont les noms de variables (réécrits si le nom est privé) et les valeurs sont les annotations. Cet attribut est accessible en écriture et est automatiquement créé au démarrage de l’exécution du corps de la classe ou du module, si les annotations sont trouvées statiquement.

Pour les expressions en tant que cibles d’assignations, les annotations sont évaluées dans la portée de la classe ou du module, mais ne sont pas stockées.

Si le nom est annoté dans la portée d’une fonction, alors ce nom est local à cette portée. Les annotations ne sont jamais évaluées et stockées dans les portées des fonctions.

Si la partie droite est présente, une assignation annotée effectue l’assignation en tant que telle avant d’évaluer les annotations (là où c’est possible). Si la partie droite n’est pas présente pour une cible d’expression, alors l’interpréteur évalue la cible sauf pour le dernier appel à __setitem__() ou __setattr__().

Voir aussi

PEP 526 – Syntaxe pour les annotations de variables et d’attributs, PEP 484 – Indications de types

7.3. L’instruction assert

Les instructions assert sont une manière pratique d’insérer des tests de débogage au sein d’un programme :

assert_stmt ::=  "assert" expression ["," expression]

La forme la plus simple, assert expression, est équivalente à :

if __debug__:
    if not expression: raise AssertionError

La forme étendue, assert expression1, expression2, est équivalente à :

if __debug__:
    if not expression1: raise AssertionError(expression2)

Ces équivalences supposent que __debug__ et AssertionError font référence aux variables natives ainsi nommées. Dans l’implémentation actuelle, la variable native __debug__ vaut True dans des circonstances normales, False quand les optimisations sont demandées (ligne de commande avec l’option -O). Le générateur de code actuel ne produit aucun code pour une instruction assert quand vous demandez les optimisations à la compilation. Notez qu’il est superflu d’inclure le code source dans le message d’erreur pour l’expression qui a échoué : il est affiché dans la pile d’appels.

Assigner vers __debug__ est illégal. La valeur de cette variable native est déterminée au moment où l’interpréteur démarre.

7.4. L’instruction pass

pass_stmt ::=  "pass"

pass est une opération vide — quand elle est exécutée, rien ne se passe. Elle est utile comme bouche-trou lorsqu’une instruction est syntaxiquement requise mais qu’aucun code ne doit être exécuté. Par exemple :

def f(arg): pass    # a function that does nothing (yet)

class C: pass       # a class with no methods (yet)

7.5. L’instruction del

del_stmt ::=  "del" target_list

La suppression est récursivement définie de la même manière que l’assignation. Plutôt que de détailler cela de manière approfondie, voici quelques indices.

La suppression d’une liste cible (target_list dans la grammaire ci-dessus) supprime récursivement chaque cible, de la gauche vers la droite.

La suppression d’un nom détruit le lien entre ce nom dans l’espace des noms locaux, ou l’espace des noms globaux si ce nom apparaît dans une instruction global dans le même bloc de code. Si le nom n’est pas lié, une exception NameError est levée.

La suppression d’une référence à un attribut, une sélection ou une tranche est passée à l’objet primaire concerné : la suppression d’une tranche est en général équivalente à l’assignation d’une tranche vide du type adéquat (mais ceci est au final déterminé par l’objet que l’on tranche).

Modifié dans la version 3.2: Auparavant, il était illégal de supprimer un nom dans l’espace des noms locaux si celui-ci apparaissait comme variable libre dans un bloc imbriqué.

7.6. L’instruction return

return_stmt ::=  "return" [expression_list]

return ne peut être placée qu’à l’intérieur d’une définition de fonction, pas à l’intérieur d’une définition de classe.

Si une liste d’expressions (expression_list dans la grammaire ci-dessus) est présente, elle est évaluée, sinon None est utilisée comme valeur par défaut.

return quitte l’appel à la fonction courante avec la liste d’expressions (ou None) comme valeur de retour.

Quand return fait sortir d’une instruction try avec une clause finally, cette clause finally est exécutée avant de réellement quitter la fonction.

Dans une fonction générateur, l’instruction return indique que le générateur est terminé et provoque la levée d’une StopIteration. La valeur de retour (s’il y en a une) est utilisée comme argument pour construire l’exception StopIteration et devient l’attribut StopIteration.value.

Dans une fonction générateur asynchrone, une instruction return vide indique que le générateur asynchrone est terminé et provoque la levée d’une StopAsyncIteration. Une instruction return non vide est une erreur de syntaxe dans une fonction générateur asynchrone.

7.7. L’instruction yield

yield_stmt ::=  yield_expression

L’instruction yield est sémantiquement équivalente à une expression yield. L’instruction yield peut être utilisée pour omettre les parenthèses qui seraient autrement requises dans l’instruction équivalente d’expression yield. Par exemple, les instructions yield :

yield <expr>
yield from <expr>

sont équivalentes aux instructions expressions yield :

(yield <expr>)
(yield from <expr>)

Les expressions et les instructions yield sont utilisées seulement dans la définition des fonctions générateurs et apparaissent uniquement dans le corps de la fonction générateur. L’utilisation de yield dans la définition d’une fonction est suffisant pour que cette définition crée une fonction générateur au lieu d’une fonction normale.

Pour tous les détails sur la sémantique de yield, reportez-vous à la section Expressions yield.

7.8. L’instruction raise

raise_stmt ::=  "raise" [expression ["from" expression]]

Si aucune expression n’est présente, raise propage la dernière exception active dans la portée courante. Si aucune exception n’est active dans la portée courante, une exception RuntimeError est levée, indiquant que c’est une erreur.

Sinon, raise évalue la première expression en tant qu’objet exception. Ce doit être une sous-classe ou une instance de BaseException. Si c’est une classe, l’instance de l’exception est obtenue en instanciant la classe sans argument (au moment voulu).

Le type de l’exception est la classe de l’instance de l’exception, la value est l’instance elle-même.

Normalement, un objet trace d’appels est créé automatiquement quand une exception est levée et il lui est rattaché comme attribut __traceback__, en lecture-écriture. Vous pouvez créer une exception et définir votre propre trace d’appels d’un seul coup en utilisant la méthode des exceptions with_traceback() (qui renvoie la même instance d’exception avec sa trace d’appels passée en argument), comme ceci :

raise Exception("foo occurred").with_traceback(tracebackobj)

La clause from est utilisée pour chaîner les exceptions : si vous la fournissez, la seconde « expression » doit être une autre classe ou instance d’exception, qui est rattachée à l’exception levée en tant qu’attribut __cause__ (en lecture-écriture). Si l’exception levée n’est pas gérée, les deux exceptions sont affichées :

>>> try:
...     print(1 / 0)
... except Exception as exc:
...     raise RuntimeError("Something bad happened") from exc
...
Traceback (most recent call last):
  File "<stdin>", line 2, in <module>
ZeroDivisionError: division by zero

The above exception was the direct cause of the following exception:

Traceback (most recent call last):
  File "<stdin>", line 4, in <module>
RuntimeError: Something bad happened

Un mécanisme similaire est mis en œuvre implicitement si une exception est levée à l’intérieur d’un gestionnaire d’exception ou d’une clause finally : la première exception est rattachée à l’attribut __context__ de la nouvelle exception :

>>> try:
...     print(1 / 0)
... except:
...     raise RuntimeError("Something bad happened")
...
Traceback (most recent call last):
  File "<stdin>", line 2, in <module>
ZeroDivisionError: division by zero

During handling of the above exception, another exception occurred:

Traceback (most recent call last):
  File "<stdin>", line 4, in <module>
RuntimeError: Something bad happened

Le chaînage d’exceptions peut être explicitement supprimé en spécifiant None dans la clause from :

>>> try:
...     print(1 / 0)
... except:
...     raise RuntimeError("Something bad happened") from None
...
Traceback (most recent call last):
  File "<stdin>", line 4, in <module>
RuntimeError: Something bad happened

Des informations complémentaires sur les exceptions sont disponibles dans la section Exceptions et sur la gestion des exceptions dans la section L’instruction try.

Modifié dans la version 3.3: None est dorénavant autorisée en tant que Y dans raise X from Y.

Nouveau dans la version 3.3: L’attribut __suppress_context__ pour supprimer l’affichage automatique du contexte de l’exception.

7.9. L’instruction break

break_stmt ::=  "break"

Une instruction break ne peut apparaître qu’à l’intérieur d’une boucle for ou while, mais pas dans une définition de fonction ou de classe à l’intérieur de cette boucle.

Elle termine la boucle la plus imbriquée, shuntant l’éventuelle clause else de la boucle.

Si une boucle for est terminée par un break, la cible qui contrôle la boucle garde sa valeur.

Quand break passe le contrôle en dehors d’une instruction try qui comporte une clause finally, cette clause finally est exécutée avant de quitter la boucle.

7.10. L’instruction continue

continue_stmt ::=  "continue"

L’instruction continue ne peut apparaître qu’à l’intérieur d’une boucle for ou while, mais pas dans une définition de fonction ou de classe ni dans une clause finally, à l’intérieur de cette boucle. Elle fait continuer le flot d’exécution au prochain cycle de la boucle la plus imbriquée.

Quand continue passe le contrôle en dehors d’une instruction try qui comporte une clause finally, cette clause finally est exécutée avant de commencer le cycle suivant de la boucle.

7.11. L’instruction import

import_stmt     ::=  "import" module ["as" identifier] ("," module ["as" identifier])*
                     | "from" relative_module "import" identifier ["as" identifier]
                     ("," identifier ["as" identifier])*
                     | "from" relative_module "import" "(" identifier ["as" identifier]
                     ("," identifier ["as" identifier])* [","] ")"
                     | "from" module "import" "*"
module          ::=  (identifier ".")* identifier
relative_module ::=  "."* module | "."+

L’instruction de base import (sans clause from) est exécutée en deux étapes :

  1. trouve un module, le charge et l’initialise si nécessaire
  2. définit un ou des noms (name dans la grammaire ci-dessus) dans l’espace des noms locaux de la portée où l’instruction import apparaît.

Quand l’instruction contient plusieurs clauses (séparées par des virgules), les deux étapes sont menées séparément pour chaque clause, comme si les clauses étaient séparées dans des instructions d’importations individuelles.

Les détails de la première étape, de recherche et de chargement des modules sont décrits largement dans la section relative au système d’importation, qui décrit également les différents types de paquets et modules qui peuvent être importés, de même que les points d’entrée pouvant être utilisés pour personnaliser le système d’importation. Notez que des erreurs dans cette étape peuvent indiquer soit que le module n’a pas été trouvé, soit qu’une erreur s’est produite lors de l’initialisation du module, ce qui comprend l’exécution du code du module.

Si le module requis est bien récupéré, il est mis à disposition de l’espace de noms locaux suivant l’une des trois façons suivantes :

  • Si le nom du module est suivi par as, alors le nom suivant as est directement lié au module importé.
  • si aucun autre nom n’est spécifié et que le module en cours d’importation est un module de niveau le plus haut, le nom du module est lié dans l’espace des noms locaux au module importé ;
  • si le module en cours d’importation n’est pas un module de plus haut niveau, alors le nom du paquet de plus haut niveau qui contient ce module est lié dans l’espace des noms locaux au paquet de plus haut niveau. Vous pouvez accéder au module importé en utilisant son nom pleinement qualifié et non directement.

La forme from utilise un processus un peu plus complexe :

  1. trouve le module spécifié dans la clause from, le charge et l’initialise si nécessaire ;
  2. pour chaque nom spécifié dans les clauses import :
    1. vérifie si le module importé possède un attribut avec ce nom ;
    2. si non, essaie d’importer un sous-module avec ce nom puis vérifie si le module importé possède lui-même cet attribut ;
    3. si l’attribut n’est pas trouvé, une ImportError est levée.
    4. sinon, une référence à cette valeur est stockée dans l’espace des noms locaux, en utilisant le nom de la clause as si elle est présente, sinon en utilisant le nom de l’attribut.

Exemples :

import foo                 # foo imported and bound locally
import foo.bar.baz         # foo.bar.baz imported, foo bound locally
import foo.bar.baz as fbb  # foo.bar.baz imported and bound as fbb
from foo.bar import baz    # foo.bar.baz imported and bound as baz
from foo import attr       # foo imported and foo.attr bound as attr

Si la liste des noms est remplacée par une étoile ('*'), tous les noms publics définis dans le module sont liés dans l’espace des noms locaux de la portée où apparaît l’instruction import.

Les noms publics définis par un module sont déterminés en cherchant dans l’espace de noms du module une variable nommée __all__ ; Si elle est définie, elle doit être une séquence de chaînes désignant les noms définis ou importés par ce module. Les noms donnés dans __all__ sont tous considérés publics et doivent exister. Si __all__ n’est pas définie, l’ensemble des noms publics contient tous les noms trouvés dans l’espace des noms du module qui ne commencent pas par un caractère souligné (_). __all__ doit contenir toute l’API publique. Elle est destinée à éviter l’export accidentel d’éléments qui ne font pas partie de l’API (tels que des modules de bibliothèques qui ont été importés et utilisé à l’intérieur du module).

La forme d”import avec astérisque — from module import * — est autorisée seulement au niveau du module. Si vous essayez de l’utiliser dans une définition de classe ou de fonction, cela lève une SyntaxError.

Quand vous spécifiez les modules à importer, vous n’avez pas besoin de spécifier les noms absolus des modules. Quand un module ou un paquet est contenu dans un autre paquet, il est possible d’effectuer une importation relative à l’intérieur du même paquet de plus haut niveau sans avoir à mentionner le nom du paquet. En utilisant des points en entête du module ou du paquet spécifié après from, vous pouvez spécifier combien de niveaux vous souhaitez remonter dans la hiérarchie du paquet courant sans spécifier de nom exact. Un seul point en tête signifie le paquet courant où se situe le module qui effectue l’importation. Deux points signifient de remonter d’un niveau. Trois points, remonter de deux niveaux et ainsi de suite. Ainsi, si vous exécutez from . import mod dans un module du paquet pkg, vous importez finalement pkg.mod. Et si vous exécutez from ..souspkg2 import mod depuis pkg.souspkg1, vous importez finalement pkg.souspkg2.mod. La spécification des importations relatives se situe dans la PEP 328.

importlib.import_module() est fournie pour gérer les applications qui déterminent dynamiquement les modules à charger.

7.11.1. L’instruction future

Une instruction future est une directive à l’attention du compilateur afin qu’un module particulier soit compilé en utilisant une syntaxe ou une sémantique qui sera disponible dans une future version de Python où cette fonctionnalité est devenue un standard.

L’instruction future a vocation à faciliter les migrations vers les futures versions de Python qui introduisent des changements incompatibles au langage. Cela permet l’utilisation de nouvelles fonctionnalités module par module avant qu’une version n’officialise cette fonctionnalité comme un standard.

future_stmt ::=  "from" "__future__" "import" feature ["as" identifier]
                 ("," feature ["as" identifier])*
                 | "from" "__future__" "import" "(" feature ["as" identifier]
                 ("," feature ["as" identifier])* [","] ")"
feature     ::=  identifier

Une instruction future doit apparaître en haut du module. Les seules lignes autorisées avant une instruction future sont :

  • la chaîne de documentation du module (si elle existe),
  • des commentaires,
  • des lignes vides et
  • d’autres instructions future.

La seule fonctionnalité dans Python 3.7 qui nécessite l’utilisation de l’instruction future est annotations.

Toutes les fonctionnalités (feature dans la grammaire ci-dessus) autorisées par l’instruction future sont toujours reconnues par Python 3. Cette liste comprend absolute_import, division, generators, generator_stop, unicode_literals, print_function, nested_scopes et with_statement. Elles sont toutes redondantes car elles sont de toute manière activées ; elles ne sont conservées que par souci de compatibilité descendante.

Une instruction future est reconnue et traitée spécialement au moment de la compilation : les modifications à la sémantique des constructions de base sont souvent implémentées en générant un code différent. Il peut même arriver qu’une nouvelle fonctionnalité ait une syntaxe incompatible (tel qu’un nouveau mot réservé) ; dans ce cas, le compilateur a besoin d’analyser le module de manière différente. De telles décisions ne peuvent pas être différées au moment de l’exécution.

Pour une version donnée, le compilateur sait quelles fonctionnalités ont été définies et lève une erreur à la compilation si une instruction future contient une fonctionnalité qui lui est inconnue.

La sémantique à l’exécution est la même que pour toute autre instruction d’importation : il existe un module standard __future__, décrit plus loin, qui est importé comme les autres au moment ou l’instruction future est exécutée.

La sémantique particulière à l’exécution dépend des fonctionnalités apportées par l’instruction future.

Notez que l’instruction suivante est tout à fait normale :

import __future__ [as name]

Ce n’est pas une instruction future ; c’est une instruction d’importation ordinaire qui n’a aucune sémantique particulière ou restriction de syntaxe.

Le code compilé par des appels aux fonctions natives exec() et compile() dans un module M comportant une instruction future utilise, par défaut, la nouvelle syntaxe ou sémantique associée à l’instruction future. Ceci peut être contrôle par des arguments optionnels à compile() — voir la documentation de cette fonction pour les détails.

Une instruction future entrée à l’invite de l’interpréteur interactif est effective pour le reste de la session de l’interpréteur. Si l’interpréteur est démarré avec l’option -i, qu’un nom de script est passé pour être exécuté et que ce script contient une instruction future, elle est effective pour la session interactive qui démarre après l’exécution du script.

Voir aussi

PEP 236 – retour vers le __future__
La proposition originale pour le mécanisme de __future__.

7.12. L’instruction global

global_stmt ::=  "global" identifier ("," identifier)*

L’instruction global est une déclaration qui couvre l’ensemble du bloc de code courant. Elle signifie que les noms (identifier dans la grammaire ci-dessus) listés doivent être interprétés comme globaux. Il est impossible d’assigner une variable globale sans global, mais rappelez-vous que les variables libres peuvent faire référence à des variables globales sans avoir été déclarées en tant que telles.

Les noms listés dans l’instruction global ne doivent pas être utilisés, dans le même bloc de code, avant l’instruction global.

Les noms listés dans l’instruction global ne doivent pas être définis en tant que paramètre formel, cible d’une boucle for, dans une définition de class, de fonction, d’instruction import ou une annotation de variable.

Particularité de l’implémentation CPython : L’implémentation actuelle ne vérifie pas toutes ces interdictions mais n’abusez pas de cette liberté car les implémentations futures pourraient faire la vérification ou modifier le comportement du programme sans vous avertir.

Note pour les programmeurs : global est une directive à l’attention de l’analyseur syntaxique. Elle s’applique uniquement au code analysé en même temps que l’instruction global. En particulier, une instruction global contenue dans une chaîne ou un objet code fourni à la fonction native exec() n’affecte pas le code contenant cet appel et le code contenu dans un telle chaîne n’est pas affecté par une instruction global placée dans le code contenant l’appel. Il en est de même pour les fonctions eval() et compile().

7.13. L’instruction nonlocal

nonlocal_stmt ::=  "nonlocal" identifier ("," identifier)*

L’instruction nonlocal fait que les noms listés font référence aux variables liées précédemment, dans la portée la plus petite entourant l’instruction, à l’exception des variables globales. C’est important car le comportement par défaut pour les liaisons consiste à chercher d’abord dans l’espace des noms locaux. Cette instruction permet à du code encapsulé de se lier à des variables en dehors de la portée locale du code mais sans avoir de portée globale (c’est-à-dire de niveau module).

Les noms (identifier dans la grammaire ci-dessus) listés dans l’instruction nonlocal, au contraire de ceux listés dans une instruction global, doivent faire référence à des liaisons pré-existantes dans les portées englobantes (en effet, la portée dans laquelle devrait être créée la liaison ne peut pas être déterminée a priori).

Les noms listés dans l’instruction nonlocal ne doivent entrer en collision avec des liaisons déjà établies dans la portée locale.

Voir aussi

PEP 3104 – Accès à des noms en dehors de la portée locale
Les spécifications pour l’instruction nonlocal.