15. Annexe

15.1. Mode interactif

15.1.1. Gestion des erreurs

Quand une erreur se produit, l’interpréteur affiche un message d’erreur et la trace d’appels. En mode interactif, il revient à l’invite de commande primaire ; si l’entrée provient d’un fichier, l’interpréteur se termine avec un code de sortie non nul après avoir affiché la trace d’appels (les exceptions gérées par une clause except dans une instruction try ne sont pas considérées comme des erreurs dans ce contexte). Certaines erreurs sont inconditionnellement fatales et provoquent la fin du programme avec un code de sortie non nul ; les incohérences internes et, dans certains cas, les pénuries de mémoire sont traitées de la sorte. Tous les messages d’erreur sont écrits sur le flux d’erreur standard ; l’affichage normal des commandes exécutées est écrit sur la sortie standard.

Taper le caractère d’interruption (généralement Ctrl+C ou Supprimer) au niveau de l’invite de commande primaire annule l’entrée et revient à l’invite [1]. Saisir une interruption tandis qu’une commande s’exécute lève une exception KeyboardInterrupt qui peut être gérée par une instruction try.

15.1.2. Scripts Python exécutables

Sur les systèmes Unix, un script Python peut être rendu directement exécutable, comme un script shell, en ajoutant la ligne :

#!/usr/bin/env python

(en supposant que l’interpréteur est dans le PATH de l’utilisateur) au début du script et en rendant le fichier exécutable. '#!' doivent être les deux premiers caractères du fichier. Sur certaines plateformes, cette première ligne doit finir avec une fin de ligne de type Unix ('\n') et pas de type Windows ('\r\n'). Notez que le caractère croisillon, '#', est utilisé pour initier un commentaire en Python.

Un script peut être rendu exécutable en utilisant la commande chmod.

$ chmod +x myscript.py

Sur les système Windows il n’y a pas de « mode exécutable ». L’installateur Python associe automatiquement les fichiers en .py avec python.exe de telle sorte qu’un double clic sur un fichier Python le lance comme un script. L’extension peut aussi être .pyw. Dans ce cas, la console n’apparait pas.

15.1.3. Configuration du mode interactif

En mode interactif, il peut être pratique de faire exécuter quelques commandes au lancement de l’interpréteur. Configurez la variable d’environnement PYTHONSTARTUP avec le nom d’un fichier contenant les instructions à exécuter, à la même manière du .profile pour un shell Unix.

Ce fichier n’est lu qu’en mode interactif, pas quand Python lit les instructions depuis un fichier, ni quand /dev/tty est donné explicitement comme fichier source (pour tout le reste, Python se comporte alors comme dans une session interactive). Les instructions de ce fichier sont exécutées dans le même espace de noms que vos commandes, donc les objets définis et modules importés peuvent être utilisés directement dans la session interactive. Dans ce fichier, il est aussi possible de changer les invites de commande sys.ps1 et sys.ps2.

Si vous voulez exécuter d’autres fichiers du dossier courant au démarrage, vous pouvez le programmer dans le fichier de démarrage global, par exemple avec le code suivant : if os.""path.isfile('.pythonrc.py'): exec(open('.pythonrc.py').read()). Et si vous voulez exécuter le fichier de démarrage depuis un script, vous devez le faire explicitement dans le script :

import os
filename = os.environ.get('PYTHONSTARTUP')
if filename and os.path.isfile(filename):
    with open(filename) as fobj:
        startup_file = fobj.read()
    exec(startup_file)

15.1.4. Modules de personnalisation

Python peut être personnalisé via les modules sitecustomize et usercustomize. Pour découvrir comment ils fonctionnent, vous devez d’abord trouver l’emplacement de votre dossier « site-packages » utilisateur. Démarrez Python et exécutez ce code :

>>> import site
>>> site.getusersitepackages()
'/home/user/.local/lib/python2.7/site-packages'

Vous pouvez maintenant y créer un fichier usercustomize.py et y écrire ce que vous voulez. Il est toujours pris en compte par Python, peu importe le mode, sauf lorsque vous démarrez avec l’option -s qui désactive l’import automatique.

sitecustomize fonctionne de la même manière mais est généralement créé par un administrateur et stocké dans le dossier site-packages global. Il est importé avant usercustomize. Pour plus de détails, consultez la documentation de site.

Notes

[1]Un problème avec GNU Readline peut l’en empêcher.