time — Accès au temps et conversions


Ce module fournit différentes fonctions liées au temps. Pour les fonctionnalités associées, voir aussi les modules datetime et calendar.

Bien que ce module soit toujours disponible, toutes les fonctions ne sont pas disponibles sur toutes les plateformes. La plupart des fonctions définies dans ce module délèguent à des fonctions de même nom de la bibliothèque C. Il peut parfois être utile de consulter la documentation de la plate-forme, car la sémantique de ces fonctions peut varier.

Vous trouvez ci-dessous, mises en ordre, quelques explications relative à la terminologie et aux conventions.

  • L'epoch est le point de départ du temps et dépend de la plate-forme. Pour Unix, epoch est le 1er janvier 1970 à 00:00:00 (UTC). Pour savoir comment est définie epoch sur une plate-forme donnée, regardez time.gmtime(0).

  • Le terme secondes depuis *epoch* désigne le nombre total de secondes écoulées depuis epoch, souvent en excluant les secondes intercalaires (leap seconds). Les secondes intercalaires sont exclues de ce total sur toutes les plates-formes conformes POSIX.

  • Les fonctions de ce module peuvent ne pas gérer les dates et heures antérieures à epoch ou dans un avenir lointain. Le seuil du futur est déterminé par la bibliothèque C ; pour les systèmes 32 bits, il s’agit généralement de 2038.

  • Problèmes liés à l’an 2000 (Y2K) : Python dépend de la bibliothèque C de la plate-forme, qui n’a généralement pas de problèmes liés à l’an 2000, étant donné que toutes les dates et heures sont représentées en interne en secondes depuis epoch. La fonction strptime() peut analyser des années à 2 chiffres lorsque le format %y est spécifié. Lorsque les années à deux chiffres sont analysées, elles sont converties conformément aux normes POSIX et ISO C : les valeurs 69—99 correspondent à 1969—1999 et les valeurs 0—68 à 2000—2068.

  • UTC désigne le temps universel coordonné (Coordinated Universal Time en anglais), anciennement l'heure de Greenwich (ou GMT). L'acronyme UTC n'est pas une erreur mais un compromis entre l'anglais et le français.

  • Le DST (Daylight Saving Time) correspond à l’heure d’été, un ajustement du fuseau horaire d’une heure (généralement) pendant une partie de l’année. Les règles de DST sont magiques (déterminées par la loi locale) et peuvent changer d’année en année. La bibliothèque C possède une table contenant les règles locales (souvent, elle est lue dans un fichier système par souci de souplesse) et constitue la seule source fiable.

  • La précision des diverses fonctions en temps réel peut être inférieure à celle suggérée par les unités dans lesquelles leur valeur ou leur argument est exprimé. Par exemple, sur la plupart des systèmes Unix, l’horloge ne « bat » que 50 ou 100 fois par seconde.

  • D’autre part, la précision de time() et sleep() est meilleure que leurs équivalents Unix : les temps sont exprimés en nombres à virgule flottante, time() renvoie le temps le plus précis disponible (en utilisant gettimeofday() d'Unix si elle est disponible), et sleep() accepte le temps avec une fraction non nulle (select() d'Unix est utilisée pour l’implémenter, si elle est disponible).

  • La valeur temporelle renvoyée par gmtime(), localtime() et strptime(), et acceptée par asctime(), mktime() et strftime(), est une séquence de 9 nombres entiers. Les valeurs de retour de gmtime(), localtime() et strptime() proposent également des noms d’attributs pour des champs individuels.

    Voir struct_time pour une description de ces objets.

    Modifié dans la version 3.3: Le type struct_time a été étendu pour fournir les attributs tm_gmtoff et tm_zone lorsque la plateforme prend en charge les membres struct tm correspondants.

    Modifié dans la version 3.6: Les attributs struct_time tm_gmtoff et tm_zone sont maintenant disponibles sur toutes les plateformes.

  • Utilisez les fonctions suivantes pour convertir des représentations temporelles :

    De

    À

    Utilisez

    secondes depuis epoch

    struct_time en UTC

    gmtime()

    secondes depuis epoch

    struct_time en heure locale

    localtime()

    struct_time en UTC

    secondes depuis epoch

    calendar.timegm()

    struct_time en heure locale

    secondes depuis epoch

    mktime()

Fonctions

time.asctime([t])

Convertit un tuple ou struct_time représentant une heure renvoyée par gmtime() ou localtime() en une chaîne de la forme suivante : 'Sun Jun 20 23:21:05 1993'. Si t n’est pas fourni, l’heure actuelle renvoyée par localtime() est utilisée. Les informations sur les paramètres régionaux ne sont pas utilisées par asctime().

Note

Contrairement à la fonction C du même nom, asctime() n’ajoute pas de caractère de fin de ligne.

time.clock()

Sous UNIX, renvoie le temps processeur actuel, en secondes, sous la forme d'un nombre à virgule flottante exprimé en secondes. La précision, et en fait la définition même de la signification de "temps processeur", dépend de celle de la fonction C du même nom.

Sous Windows, cette fonction renvoie les secondes réelles (type horloge murale) écoulées depuis le premier appel à cette fonction, en tant que nombre à virgule flottante, en fonction de la fonction Win32 QueryPerformanceCounter(). La résolution est généralement meilleure qu'une microseconde.

Deprecated since version 3.3, will be removed in version 3.8: Le comportement de cette fonction dépend de la plate-forme : utilisez plutôt perf_counter() ou process_time(), selon vos besoins, pour avoir un comportement bien défini.

time.pthread_getcpuclockid(thread_id)

Renvoie le clk_id de l'horloge du temps CPU spécifique au fil d'exécution pour le thread_id spécifié.

Utilisez threading.get_ident() ou l'attribut ident de threading.Thread pour obtenir une valeur appropriée pour thread_id.

Avertissement

Passer un thread_id invalide ou arrivé à expiration peut entraîner un comportement indéfini, tel qu’une erreur de segmentation.

Disponibilité : Unix (regardez la page man pour pthread_getcpuclockid(3) pour plus d’information).

Nouveau dans la version 3.7.

time.clock_getres(clk_id)

Renvoie la résolution (précision) de l’horloge clk_id. Référez-vous à Constantes d’identification d’horloge pour une liste des valeurs acceptées pour clk_id.

Disponibilité : Unix.

Nouveau dans la version 3.3.

time.clock_gettime(clk_id) → float

Renvoie l’heure de l’horloge clk_id. Référez-vous à Constantes d’identification d’horloge pour une liste des valeurs acceptées pour clk_id.

Disponibilité : Unix.

Nouveau dans la version 3.3.

time.clock_gettime_ns(clk_id) → int

Similaire à clock_gettime() mais le temps renvoyé est exprimé en nanosecondes.

Disponibilité : Unix.

Nouveau dans la version 3.7.

time.clock_settime(clk_id, time: float)

Définit l’heure de l’horloge clk_id. Actuellement, CLOCK_REALTIME est la seule valeur acceptée pour clk_id.

Disponibilité : Unix.

Nouveau dans la version 3.3.

time.clock_settime_ns(clk_id, time: int)

Similaire à clock_settime() mais définit l’heure avec des nanosecondes.

Disponibilité : Unix.

Nouveau dans la version 3.7.

time.ctime([secs])

Convertit une heure exprimée en secondes depuis epoch en une chaîne représentant l’heure locale. Si secs n’est pas fourni ou vaut None, l’heure actuelle renvoyée par time() est utilisée. ctime(secs) est équivalent à asctime(localtime(secs)). Les informations sur les paramètres régionaux ne sont pas utilisées par ctime().

time.get_clock_info(name)

Renvoie des informations sur l’horloge spécifiée en tant qu’objet d’espace de nom. Les noms d’horloge pris en charge et les fonctions correspondantes permettant de lire leur valeur sont les suivants :

Le résultat a les attributs suivants :

  • adjustable : True si l’horloge peut être changée automatiquement (par exemple par un démon NTP) ou manuellement par l’administrateur système, False autrement

  • implementation : nom de la fonction C sous-jacente utilisée pour obtenir la valeur d’horloge. Voir Constantes d’identification d’horloge pour les valeurs possibles.

  • monotonic : True si l’horloge ne peut pas revenir en arrière, False autrement

  • resolution : La résolution de l’horloge en secondes (float)

Nouveau dans la version 3.3.

time.gmtime([secs])

Convertit un temps exprimé en secondes depuis epoch en un struct_time au format UTC dans lequel le drapeau dst est toujours égal à zéro. Si secs n’est pas fourni ou vaut None, l’heure actuelle renvoyée par time() est utilisée. Les fractions de seconde sont ignorées. Voir ci-dessus pour une description de l’objet struct_time. Voir calendar.timegm() pour l’inverse de cette fonction.

time.localtime([secs])

Comme gmtime() mais convertit le résultat en heure locale. Si secs n’est pas fourni ou vaut None, l’heure actuelle renvoyée par time() est utilisée. Le drapeau dst est mis à 1 lorsque l’heure d’été s’applique à l’heure indiquée.

time.mktime(t)

C’est la fonction inverse de localtime(). Son argument est soit un struct_time soit un 9-tuple (puisque le drapeau dst est nécessaire ; utilisez -1 comme drapeau dst s’il est inconnu) qui exprime le temps local, pas UTC. Il retourne un nombre à virgule flottante, pour compatibilité avec time(). Si la valeur d’entrée ne peut pas être représentée comme une heure valide, soit OverflowError ou ValueError sera levée (selon que la valeur non valide est interceptée par Python ou par les bibliothèque C sous-jacentes). La date la plus proche pour laquelle il peut générer une heure dépend de la plate-forme.

time.monotonic() → float

Renvoie la valeur (en quelques fractions de secondes) d’une horloge monotone, c’est-à-dire une horloge qui ne peut pas revenir en arrière. L’horloge n’est pas affectée par les mises à jour de l’horloge système. Le point de référence de la valeur renvoyée n’est pas défini, de sorte que seule la différence entre les résultats d’appels consécutifs est valide.

Nouveau dans la version 3.3.

Modifié dans la version 3.5: La fonction est maintenant toujours disponible et toujours à l’échelle du système.

time.monotonic_ns() → int

Similaire à monotonique(), mais le temps de retour est exprimé en nanosecondes.

Nouveau dans la version 3.7.

time.perf_counter() → float

Renvoie la valeur (en quelques fractions de secondes) d’un compteur de performance, c’est-à-dire une horloge avec la résolution disponible la plus élevée possible pour mesurer une courte durée. Cela inclut le temps écoulé pendant le sommeil et concerne l’ensemble du système. Le point de référence de la valeur renvoyée n’est pas défini, de sorte que seule la différence entre les résultats d’appels consécutifs est valide.

Nouveau dans la version 3.3.

time.perf_counter_ns() → int

Similaire à perf_counter(), mais renvoie le temps en nanosecondes.

Nouveau dans la version 3.7.

time.process_time() → float

Renvoie la valeur (en quelques fractions de secondes) de la somme des temps système et utilisateur du processus en cours. Il ne comprend pas le temps écoulé pendant le sommeil. C’est un processus par définition. Le point de référence de la valeur renvoyée n’est pas défini, de sorte que seule la différence entre les résultats d’appels consécutifs est valide.

Nouveau dans la version 3.3.

time.process_time_ns() → int

Similaire à process_time() mais renvoie le temps en nanosecondes.

Nouveau dans la version 3.7.

time.sleep(secs)

Suspend l’exécution du thread appelant pendant le nombre de secondes indiqué. L’argument peut être un nombre à virgule flottante pour indiquer un temps de sommeil plus précis. Le temps de suspension réel peut être inférieur à celui demandé, car tout signal capturé mettra fin à la commande sleep() après l’exécution de la routine de capture de ce signal. En outre, le temps de suspension peut être plus long que celui demandé par un montant arbitraire en raison de la planification d’une autre activité dans le système.

Modifié dans la version 3.5: La fonction dort maintenant au moins secondes même si le sommeil est interrompu par un signal, sauf si le gestionnaire de signaux lève une exception (voir PEP 475 pour la justification).

time.strftime(format[, t])

Convertit un tuple ou struct_time représentant une heure renvoyée par gmtime() ou localtime() en une chaîne spécifiée par l’argument format. Si t n’est pas fourni, l’heure actuelle renvoyée par localtime() est utilisée. format doit être une chaîne. Si l’un des champs de t se situe en dehors de la plage autorisée, une ValueError est levée .

0 est un argument légal pour toute position dans le tuple temporel ; s’il est normalement illégal, la valeur est forcée à une valeur correcte.

Les directives suivantes peuvent être incorporées dans la chaîne format. Ils sont affichés sans la spécification facultative de largeur de champ ni de précision, et sont remplacés par les caractères indiqués dans le résultat de strftime() :

Directive

Signification

Notes

%a

Nom abrégé du jour de la semaine selon les paramètres régionaux.

%A

Le nom de semaine complet de la région.

%b

Nom abrégé du mois de la région.

%B

Nom complet du mois de la région.

%c

Représentation appropriée de la date et de l’heure selon les paramètres régionaux.

%d

Jour du mois sous forme décimale [01,31].

%H

Heure (horloge sur 24 heures) sous forme de nombre décimal [00,23].

%I

Heure (horloge sur 12 heures) sous forme de nombre décimal [01,12].

%j

Jour de l’année sous forme de nombre décimal [001,366].

%m

Mois sous forme décimale [01,12].

%M

Minutes sous forme décimale [00,59].

%p

L’équivalent local de AM ou PM.

(1)

%S

Deuxième sous forme de nombre décimal [00,61].

(2)

%U

Numéro de semaine de l’année (dimanche en tant que premier jour de la semaine) sous forme décimale [00,53]. Tous les jours d’une nouvelle année précédant le premier dimanche sont considérés comme appartenant à la semaine 0.

(3)

%w

Jour de la semaine sous forme de nombre décimal [0 (dimanche), 6].

%W

Numéro de semaine de l’année (lundi comme premier jour de la semaine) sous forme décimale [00,53]. Tous les jours d’une nouvelle année précédant le premier lundi sont considérés comme appartenant à la semaine 0.

(3)

%x

Représentation de la date appropriée par les paramètres régionaux.

%X

Représentation locale de l'heure.

%y

Année sans siècle comme un nombre décimal [00, 99].

%Y

Année complète sur quatre chiffres.

%z

Décalage de fuseau horaire indiquant une différence de temps positive ou négative par rapport à UTC / GMT de la forme +HHMM ou -HHMM, où H représente les chiffres des heures décimales et M, les chiffres des minutes décimales [-23:59, +23:59].

%Z

Nom du fuseau horaire (pas de caractères s’il n’y a pas de fuseau horaire).

%%

Un caractère '%' littéral.

Notes :

  1. Lorsqu’elle est utilisée avec la fonction strptime(), la directive %p n’affecte le champ d’heure en sortie que si la directive %I est utilisée pour analyser l’heure.

  2. La plage est en réalité de 0 à 61 ; La valeur 60 est valide dans les timestamps représentant des leap seconds et la valeur 61 est prise en charge pour des raisons historiques.

  3. Lorsqu’elles sont utilisées avec la fonction strptime(), %U et %W ne sont utilisées que dans les calculs lorsque le jour de la semaine et l’année sont spécifiés.

Voici un exemple de format de date compatible avec celui spécifié dans la norme de courrier électronique Internet suivante RFC 2822. 1

>>> from time import gmtime, strftime
>>> strftime("%a, %d %b %Y %H:%M:%S +0000", gmtime())
'Thu, 28 Jun 2001 14:17:15 +0000'

Des directives supplémentaires peuvent être prises en charge sur certaines plates-formes, mais seules celles énumérées ici ont une signification normalisée par ANSI C. Pour voir la liste complète des codes de format pris en charge sur votre plate-forme, consultez la documentation strftime(3).

Sur certaines plates-formes, une spécification facultative de largeur et de précision de champ peut suivre immédiatement le '%' initial d’une directive dans l’ordre suivant ; ce n’est pas non plus portable. La largeur du champ est normalement 2 sauf pour %j où il est 3.

time.strptime(string[, format])

Analyse une chaîne représentant une heure selon un format. La valeur renvoyée est une struct_time tel que renvoyé par gmtime() ou localtime().

Le paramètre format utilise les mêmes directives que celles utilisées par strftime(); La valeur par défaut est "%a %b %d %H:%M:%S %Y" qui correspond à la mise en forme renvoyée par ctime(). Si string ne peut pas être analysé selon format, ou s’il contient trop de données après l’analyse, une exception ValueError est levée. Les valeurs par défaut utilisées pour renseigner les données manquantes lorsque des valeurs plus précises ne peuvent pas être inférées sont (1900, 1, 1, 0, 0, 0, 0, 1, -1). string et format doivent être des chaînes.

Par exemple :

>>> import time
>>> time.strptime("30 Nov 00", "%d %b %y")   # doctest: +NORMALIZE_WHITESPACE
time.struct_time(tm_year=2000, tm_mon=11, tm_mday=30, tm_hour=0, tm_min=0,
                 tm_sec=0, tm_wday=3, tm_yday=335, tm_isdst=-1)

La prise en charge de la directive %Z est basée sur les valeurs contenues dans tzname et sur le fait de savoir si daylight est vrai. Pour cette raison, il est spécifique à la plate-forme, à l’exception de la reconnaissance des heures UTC et GMT, qui sont toujours connues (et considérées comme des fuseaux horaires ne respectant pas l’heure d’été).

Seules les directives spécifiées dans la documentation sont prises en charge. Parce que strftime() peut être implémenté différemment sur chaque plate-forme, il peut parfois offrir plus de directives que celles listées. Mais strptime() est indépendant de toute plate-forme et ne supporte donc pas nécessairement toutes les directives disponibles qui ne sont pas documentées comme gérées.

class time.struct_time

Le type de la séquence de valeur temporelle renvoyé par gmtime(), localtime() et strptime(). Semblable à un named tuple : ses valeurs sont accessibles par index et par nom d’attribut. Les valeurs suivantes sont présentes :

Index

Attribut

Valeurs

0

tm_year

(par exemple, 1993)

1

tm_mon

plage [1, 12]

2

tm_mday

plage [1, 31]

3

tm_hour

plage [0, 23]

4

tm_min

plage [0, 59]

5

tm_sec

plage [0, 61]; voir (2) dans la description strftime()

6

tm_wday

plage [0, 6], Lundi valant 0

7

tm_yday

plage [1, 366]

8

tm_isdst

0, 1 or -1 ; voir en bas

N/A

tm_zone

abréviation du nom du fuseau horaire

N/A

tm_gmtoff

décalage à l’est de UTC en secondes

Notez que contrairement à la structure C, la valeur du mois est une plage de [1, 12], pas de [0, 11].

Dans les appels à mktime(), tm_isdst peut être défini sur 1 lorsque l’heure d'été est en vigueur et sur 0 lorsque ce n’est pas le cas. Une valeur de -1 indique que cela n’est pas connu et entraînera généralement le remplissage de l’état correct.

Lorsqu’un tuple de longueur incorrecte est passé à une fonction acceptant une struct_time, ou comportant des éléments de type incorrect, une exception TypeError est levé.

time.time() → float

Renvoie le temps en secondes depuis epoch sous forme de nombre à virgule flottante. La date spécifique de epoch et le traitement des secondes intercalaires (leap seconds) dépendent de la plate-forme. Sous Windows et la plupart des systèmes Unix, epoch est le 1er janvier 1970, 00:00:00 (UTC) et les secondes intercalaires ne sont pas comptées dans le temps en secondes depuis epoch. Ceci est communément appelé Heure Unix. Pour savoir quelle est epoch sur une plate-forme donnée, consultez gmtime(0).

Notez que même si l’heure est toujours renvoyée sous forme de nombre à virgule flottante, tous les systèmes ne fournissent pas l’heure avec une précision supérieure à 1 seconde. Bien que cette fonction renvoie normalement des valeurs croissantes, elle peut renvoyer une valeur inférieure à celle d’un appel précédent si l’horloge système a été réglée entre les deux appels.

Le nombre renvoyé par time() peut être converti en un format d’heure plus courant (année, mois, jour, heure, etc.) en UTC en le transmettant à la fonction gmtime() ou dans heure locale en le transmettant à la fonction localtime(). Dans les deux cas, un objet struct_time est renvoyé, à partir duquel les composants de la date du calendrier peuvent être consultés en tant qu’attributs.

time.thread_time() → float

Renvoie la valeur (en quelques fractions de secondes) de la somme des temps processeur système et utilisateur du thread en cours. Il ne comprend pas le temps écoulé pendant le sommeil. Il est spécifique au thread par définition. Le point de référence de la valeur renvoyée est indéfini, de sorte que seule la différence entre les résultats d’appels consécutifs dans le même thread est valide.

Disponibilité : Systèmes Windows, Linux, Unix prenant en charge CLOCK_THREAD_CPUTIME_ID.

Nouveau dans la version 3.7.

time.thread_time_ns() → int

Similaire à thread_time() mais renvoie le temps en nanosecondes.

Nouveau dans la version 3.7.

time.time_ns() → int

Similar to time() but returns time as an integer number of nanoseconds since the epoch.

Nouveau dans la version 3.7.

time.tzset()

Réinitialise les règles de conversion de temps utilisées par les routines de la bibliothèque. La variable d’environnement TZ spécifie comment cela est effectué. La fonction définira également les variables tzname (à partir de la variable d’environnement TZ), timezone (secondes non DST à l’ouest de l’UTC), altzone (secondes DST à l’ouest de UTC) et daylight (à 0 si ce fuseau horaire ne comporte aucune règle d’heure d’été, ou non nul s’il existe une heure, passée, présente ou future lorsque l’heure d’été est appliquée).

Disponibilité : Unix.

Note

Bien que dans de nombreux cas, la modification de la variable d’environnement TZ puisse affecter la sortie de fonctions telles que localtime() sans appeler tzset(), ce comportement n'est pas garanti.

La variable d’environnement TZ ne doit contenir aucun espace.

Le format standard de la variable d’environnement TZ est (espaces ajoutés pour plus de clarté):

std offset [dst [offset [,start[/time], end[/time]]]]

Où les composants sont :

std et dst

Trois alphanumériques ou plus donnant les abréviations du fuseau horaire. Ceux-ci seront propagés dans time.tzname

offset

Le décalage a la forme suivante : ± hh[:mm[:ss]]. Cela indique la valeur ajoutée à l’heure locale pour arriver à UTC. S'il est précédé d’un '-', le fuseau horaire est à l’est du Premier Méridien ; sinon, c’est l’ouest. Si aucun décalage ne suit dst, l’heure d’été est supposée être en avance d’une heure sur l’heure standard.

start[/time], end[/time]

Indique quand passer à DST et en revenir. Le format des dates de début et de fin est l’un des suivants :

Jn

Le jour Julien n (1 <= n <= 365). Les jours bissextiles ne sont pas comptabilisés. Par conséquent, le 28 février est le 59e jour et le 1er Mars est le 60e jour de toutes les années.

n

Le jour Julien de base zéro (0 <= n <= 365). Les jours bissextiles sont comptés et il est possible de se référer au 29 février.

Mm.n.d

Le d jour (0 <= d <= 6) de la semaine n du mois m de l’année (1 <= n <= 5, 1 <= m <= 12, où semaine 5 signifie “le dernier jour du mois m” pouvant se produire au cours de la quatrième ou de la cinquième semaine). La semaine 1 est la première semaine au cours de laquelle le jour se produit. Le jour zéro est un dimanche.

time a le même format que offset sauf qu’aucun signe de direction ('-' ou '+') n’est autorisé. La valeur par défaut, si l’heure n’est pas spécifiée, est 02:00:00.

>>> os.environ['TZ'] = 'EST+05EDT,M4.1.0,M10.5.0'
>>> time.tzset()
>>> time.strftime('%X %x %Z')
'02:07:36 05/08/03 EDT'
>>> os.environ['TZ'] = 'AEST-10AEDT-11,M10.5.0,M3.5.0'
>>> time.tzset()
>>> time.strftime('%X %x %Z')
'16:08:12 05/08/03 AEST'

Sur de nombreux systèmes Unix (y compris *BSD, Linux, Solaris et Darwin), il est plus pratique d’utiliser la base de données zoneinfo (tzfile (5)) du système pour spécifier les règles de fuseau horaire. Pour ce faire, définissez la variable d’environnement TZ sur le chemin du fichier de fuseau horaire requis, par rapport à la racine de la base de données du système zoneinfo, généralement situé à /usr/share/zoneinfo. Par exemple, 'US/Eastern', 'Australia/Melbourne', 'Egypt' ou 'Europe/Amsterdam'.

>>> os.environ['TZ'] = 'US/Eastern'
>>> time.tzset()
>>> time.tzname
('EST', 'EDT')
>>> os.environ['TZ'] = 'Egypt'
>>> time.tzset()
>>> time.tzname
('EET', 'EEST')

Constantes d’identification d’horloge

Ces constantes sont utilisées comme paramètres pour clock_getres() et clock_gettime().

time.CLOCK_BOOTTIME

Identique à CLOCK_MONOTONIC, sauf qu'elle inclut également toute suspension du système.

Cela permet aux applications d’obtenir une horloge monotone tenant compte de la suspension sans avoir à gérer les complications de CLOCK_REALTIME, qui peuvent présenter des discontinuités si l’heure est modifiée à l’aide de settimeofday() ou similaire.

Disponibilité : Linux 2.6.39 et ultérieures.

Nouveau dans la version 3.7.

time.CLOCK_HIGHRES

Le système d’exploitation Solaris dispose d’une horloge CLOCK_HIGHRES qui tente d’utiliser une source matérielle optimale et peut donner une résolution proche de la nanoseconde. CLOCK_HIGHRES est l’horloge haute résolution non ajustable.

Disponibilité : Solaris.

Nouveau dans la version 3.3.

time.CLOCK_MONOTONIC

Horloge qui ne peut pas être réglée et représente l’heure monotone depuis un point de départ non spécifié.

Disponibilité : Unix.

Nouveau dans la version 3.3.

time.CLOCK_MONOTONIC_RAW

Similaire à CLOCK_MONOTONIC, mais donne accès à une heure matérielle brute qui n’est pas soumise aux ajustements NTP.

Disponibilité: Linux 2.6.28 et ultérieur, MacOS 10.12 et ultérieur.

Nouveau dans la version 3.3.

time.CLOCK_PROCESS_CPUTIME_ID

Minuterie haute résolution par processus du CPU.

Disponibilité : Unix.

Nouveau dans la version 3.3.

time.CLOCK_PROF

Minuterie haute résolution par processus du CPU.

Disponibilité : FreeBSD, NetBSD 7 ou version ultérieure, OpenBSD.

Nouveau dans la version 3.7.

time.CLOCK_THREAD_CPUTIME_ID

Horloge de temps CPU spécifique au thread.

Disponibilité : Unix.

Nouveau dans la version 3.3.

time.CLOCK_UPTIME

Heure dont la valeur absolue correspond à l’heure à laquelle le système a été exécuté et non suspendu, fournissant une mesure précise du temps de disponibilité, à la fois absolue et à intervalle.

Disponibilité : FreeBSD, OpenBSD 5.5 ou version ultérieure.

Nouveau dans la version 3.7.

La constante suivante est le seul paramètre pouvant être envoyé à clock_settime().

time.CLOCK_REALTIME

Horloge en temps réel à l’échelle du système. Le réglage de cette horloge nécessite des privilèges appropriés.

Disponibilité : Unix.

Nouveau dans la version 3.3.

Constantes de fuseau horaire

time.altzone

Décalage du fuseau horaire DST local, en secondes à l’ouest de UTC, s’il en est défini un. Cela est négatif si le fuseau horaire DST local est à l’est de UTC (comme en Europe occidentale, y compris le Royaume-Uni). Utilisez ceci uniquement si daylight est différent de zéro. Voir note ci-dessous.

time.daylight

Non nul si un fuseau horaire DST est défini. Voir note ci-dessous.

time.timezone

Décalage du fuseau horaire local (hors heure d’été), en secondes à l’ouest de l’UTC (négatif dans la plupart des pays d’Europe occidentale, positif aux États-Unis, nul au Royaume-Uni). Voir note ci-dessous.

time.tzname

Un tuple de deux chaînes : la première est le nom du fuseau horaire local autre que DST, la seconde est le nom du fuseau horaire DST local. Si aucun fuseau horaire DST n’est défini, la deuxième chaîne ne doit pas être utilisée. Voir note ci-dessous.

Note

Pour les constantes de fuseau horaire ci-dessus ( altzone, daylight, timezone et tzname), la valeur est déterminée par les règles de fuseau horaire en vigueur au moment du chargement du module ou la dernière fois tzset() est appelé et peut être incorrect pour des temps passés. Il est recommandé d’utiliser tm_gmtoff et tm_zone résulte de localtime() pour obtenir des informations sur le fuseau horaire.

Voir aussi

Module datetime

Interface plus orientée objet vers les dates et les heures.

Module locale

Services d’internationalisation. Les paramètres régionaux affectent l’interprétation de nombreux spécificateurs de format dans strftime() et strptime().

Module calendar

Fonctions générales liées au calendrier. timegm() est l’inverse de gmtime() à partir de ce module.

Notes

1

L'utilisation de %Z est maintenant obsolète, mais l'échappement %z qui donne le décalage horaire jusqu'à la minute et dépendant des paramètres régionaux n'est pas pris en charge par toutes les bibliothèques C ANSI. En outre, une lecture stricte du standard RFC 822 de 1982 milite pour une année à deux chiffres (%y plutôt que %Y), mais la pratique a migré vers des années à 4 chiffres de long avant l'année 2000. Après cela, la RFC 822 est devenue obsolète et l'année à 4 chiffres a été recommandée pour la première fois par la RFC 1123 puis rendue obligatoire par la RFC 2822.