36.9. pty — Outils de manipulation de pseudo-terminaux

Le module pty expose des fonctions de manipulation de pseudo-terminaux, il permet d’écrire un programme capable de démarrer un autre processus, d’écrire et de lire depuis son terminal.

La gestion de pseudo-terminaux étant très dépendante de la plateforme, ce code ne gère que Linux. (Code supposé fonctionner sur d’autres plateformes, mais sans avoir été testé).

Le module pty expose les fonctions suivantes :

pty.fork()

Fork. Connecte le terminal contrôlé par le fils à un pseudo-terminal. La valeur renvoyée est (pid, fd). Notez que le fils obtient 0 comme pid et un fd non valide. Le parent obtient le pid du fils, et fd un descripteur de fichier connecté à un terminal contrôlé par le fils (et donc à l’entrée et la sortie standard du fils).

pty.openpty()

Ouvre une nouvelle paire de pseudo-terminaux, en utilisant si possible os.openpty(), ou du code émulant la fonctionalité pour des systèmes Unix génériques. Renvoie une paire de descripteurs de fichier (master, slave), pour le maître et pour l’esclave respectivement.

pty.spawn(argv[, master_read[, stdin_read]])

Crée un nouveau processus et connecte son terminal aux entrées/sorties standard du processus courant. C’est typiquement utilisé pour duper les programmes insistant sur le fait de lire depuis leur terminal.

Les fonctions master_read et stdin_read doivent être des fonctions lisant sur un descripteur de fichier. Par défaut elles lisent 1024 octets à chaque fois qu’elles sont appelées.